GuShen Budo ® Aïkido

 

 

Tronc commun

L’Aïkido est un art martial d’origine japonaise fondé par Morihei UESHIBA (14/12/1883 – 26/04/1969) :

La discipline s’appuie sur 2 socles fondamentaux :

  • Socle technique constitué par des formes anciennes de ju jutsu (mains nues), ken jutsu (sabre) et so jutsu (lance).
  • Socle philosophique reposant sur les mythes et les rites du Japon, ainsi que sur le bouddhisme Zen.

 

ueshibaMorihei Ueshiba

 

Cet art martial japonais d’essence non-dualiste, utilise la volonté d’attaque du partenaire-adversaire pour l’amener dans un circuit de neutralisation.

L’Aïkido possède un patrimoine technique très riche et s’inscrit dans une longue tradition martiale authentique.

Il existe, en effet, une approche cohérente entre les techniques à mains nues et celles associées aux armes traditionnelles du Japon (sabre, bâton).

Cette discipline adopte une démarche résolument pacifique, offrant à chacun un moyen de se renforcer physiquement et mentalement, de se découvrir à travers l’autre et à travers le groupe.

Il constitue enfin une forme d’éducation intéressante pour la Jeunesse par sa dimension éthique.

 

L’objectif de GU SHEN est de promouvoir le sens Traditionnel de l’Aïkido, c’est à dire :

  • Assurer la transmission de l’éthique de la discipline
  • Etudier l’ensemble des techniques (mains nues et armes) dans un esprit de camaraderie et d’évolution personnelle
  • Adopter une démarche de recherche active en privilégiant l’ adaptabilité, le sens critique et l’esprit de synthèse

 

Aspect technique

Préparation

Dans le cadre de notre pratique, nous amenons les pratiquants à se prendre en charge progressivement par des exercices simples et efficaces, en intégrant peu à peu les contraintes de l’art martial.

  • Echauffement spécifique (aiki taiso)
  • Exercices de coordination et d’application énergétique (tai no henko, kokyu ho)
  • Réception au sol (ukemi) : devant, arrière et latérale

Etude à mains nues

  • 18 attaques codifiées :
    •  Saisies (dori)
    • Frappes (men uchi et tsuki)
  • 4 situations de travail :
    •  Travail à genoux (suwari waza)
    •  Travail à genoux avec partenaire debout (hanmi handachi waza)
    •  Travail debout (tachi waza)
    •  Attaques arrières (ushiro waza)
  •  2 groupes de techniques :
    • Immobilisations (osae waza)
      • Ikkyo
      • Nikyo
      • Sankyo
      • Yonkyo
      • Gokyo
    • Projections (nage waza)
      • Shiho nage
      • Kote gaeshi
      • Irimi nage
      • Kaiten nage
      • Koshi nage
      • Tenchi nage
      • Juji nage

 

20150813_212308

Immobilisation ikkyo sur attaque au couteau

 

Les immobilisations sollicitent les articulations des membres supérieurs depuis le poignet jusqu’aux épaules. La pratique des clés articulaires permet de les renforcer et contribue à maintenir leurs fonctionnalités. Enfin, elle permet une étude approfondie des appuis, du travail des hanches et du dos.

Le travail symétrique (gauche, droite, devant, derrière) de l’ensemble du corps contribue à développer et à maintenir une activité équilibrée des principaux groupes musculaires.

La connaissance de base, compte tenu des diverses attaques et situations de travail est de l’ordre d’une centaine de techniques à mains nues.

Progressivement, les notions d’engagement, de décision et de disponibilité sont abordées. Elles constituent le moteur de toutes techniques. C’est à partir de ces considérations qu’une réflexion sur l’efficacité peut être envisagée.

Dans une approche plus avancée, il s’agira d’explorer les contre-mouvements (kaeshi waza) et les variations (henka waza).

Enfin, l’étude avec plusieurs partenaires est possible :

  •  Futari dori: saisie préalable par 2 partenaires
  • Taninzu dori : attaques deplusieurs partenaires

 

Etude d’armes (buki waza)

La pratique des armes est aussi importante que celle à mains nues car elle explore d’autres dimensions de la discipline telles qu’une meilleure compréhension de la distance de combat, du positionnement et du centrage du corps et fait de l’aïkido un art complet.

  • Excercices de frappes (suburi) :
    • suburi au sabre (ken)
    • suburi au bâton (jo)
  • Harmonisation à 2 au ken
  • Harmonisation à 2 au jo
  • Formes (kata) de base au jo

Nous appréhendons ces kata par un travail individuel et à 2, en modulant l’intensité et le rythme.

  • Kata à 2 aux armes : 
    • Travail au jo (kumijo)
    • Travail au ken (kumitachi)
  • Prise de l’arme (buki dori) :
    • Réponse face au couteau (tanto dori)
    • Réponse face au ken (tachi dori)
    • Réponse face au jo (jo dori)
  • Sollicitation au jo (jo nage)
    • Dans ce travail, l’attaquant n’est pas armé (uke). Celui qui réalise la technique est muni d’un bâton. La conduite du uke vers un circuit de neutralisation est initiée par la sollicitation : donner la possibilité à uke de saisir le jo


Aspect culturel

Enso

« La calligraphie du cercle symbolise, dans le bouddhisme zen, la vacuité ou la pratique et l’éveil qui sans cesse se renouvellent. Ce symbole est issu du wuwei du taoïsme. » wikipédia

La culture de la discipline doit être connue. En d’autres termes, le pratiquant doit être capable d’expliciter clairement les éléments théoriques de l’Art Martial :

  • Définition et exploration des concepts de base
  • Philosophie de l’Aïkido : maniement des concepts de base en vue de dégager la notion de Voie martiale et la confronter avec ses propres aspirations et motivations (signification de sa pratique)
  • Orientations de lecture sur l’essence des arts martiaux et de l’Aïkido en particulier
  • Liens avec la pratique sous des aspects techniques et relationnels

Exemples : Comment concevez-vous les termes Aïkido ?, Qu’est ce qu’un Dojo ?, Pourquoi parlons-nous d’Aïkido Traditionnel ?, L’Aïkido est-il un art de défense ?

L’existence d’une activité culturelle au sein de l’association GU SHEN offre la possibilité à chacun de partager ses impressions, ses expériences, ses observations et ses interrogations.

C’est un terrain idéal d’échanges de points de vue profitable à tous les pratiquants.

 

Spécificités du GuShen Budo ®

Héritage

L’aïkido pratiqué au sein de l’association GuShen est appelé « GuShen Budo ® » du fait qu’il possède certaines caractéristiques qui lui sont propres.
Toutefois, sa base fondamentale repose sur l’école fondée par Michel SOULENQ (7ème dan aikido, fondateur du GCERCCE, un des pionniers de l’aikido en France) :

  • Approche véritablement martiale : atémi (frappes), contraintes articulaires, densité et puissance de corps, esprit de décision;
  • Prise en compte de la relaxation, aspect hérité de l’école K. Tohei, permettant de relativiser l’utilisation de la force physique (cerner les limites);
  • Etude culturelle, notamment sur la démarche traditionnelle.
L’ensemble de ces aspects suggère déjà que l’aikido dépasse le cadre du sport.

 

Ude garami

Ude garami

Développement

GuShen Budo tout en gardant les points forts de la pratique d’origine (voir ci-dessus), s’est enrichi au contact d’autres arts martiaux tels que le Hapkido et le Jujitsu, mais également il s’inspire de réflexions et pratiques associées à la self défense moderne avec ou sans armes.
C’est la raison pour laquelle les frappes (y compris les coups de pied) occupent une place plus importante en regard des autres styles d’aikido. De même, la pratique du combat conventionnel (différent du combat de survie) comme un premier degré de tests d’application représente une initiative singulière dans le monde de l’aikido où l’étude des formes préarrangées prédomine. Toujours est-il que la compétition reste interdite, respectant ainsi l’esprit de l’aikido.
Bien que GuShen Budo soit très proche d’un jujutsu moderne dans sa forme technique, il demeure conforme aux principes de l’aikido par son héritage traditionnel.
Enfin, au travers de son Taiso, GuShen Budo renoue avec la philosophie taoiste en replaçant le lien qui existe entre art de combat et art de santé.
Par un processus d’intégrations successives, l’aikido s’inscrit véritablement dans une voie de vie.

Perspectives

Globalement, GuShen Budo s’intéresse aux dimensions suivantes :

  • Technique avec une évolution permanente des formes autour de principes fondatrices immuables ;
  • Culturelle autour de la philosophie de l’action japonaise (inspirée par le bushido), du taoisme ;
  • Pragmatique car utile dans la vie quotidienne ;
  • Holistique car vise la personne dans son intégralité.
Le pratiquant par une présence régulière et attentive est donc invité à tracer son propre chemin de vie.