Dojo d’hiver : outdoor 3-4 novembre

Le GuShen Budo® Outdoor Dojo d’hiver de la saison 2018-2019 s’est déroulé le 03/11 et 04/11. Animé par Roland et Martin, la thématique fut le travail avec couteau dans une démarche Aïki et ce au travers du TOLPAR et du SYSTEMA : prise de contact avec uke par les déplacements et utilisation des feintes et esquives,  ce dans le respect de son intégrité.

Le temps fut froid, sec et dégagé le premier jour, avec un ressenti autour de 4°C, et une nuit passée sous des températures négatives.  Et une deuxième journée bien venteuse. Ce furent des conditions plutôt favorables comparées à celles du stage d’hiver de 2017, pluvieux et froid tout le long.

A l’arrivée, la priorité fut d’installer le campement : prise de connaissance des lieux pour les nouveaux arrivants, démarrage du foyer pour se réchauffer et chauffer les aliments, mise en place d’un dojo protégé en prévision des avaries.  Plus tard dans la journée, lors des activités de campement, chacun s’est affairé à installer son couchage au plus tôt, ce pour anticiper une nuit qui allait tomber plus rapidement que prévu.


Après la revue des couteaux – réels et répliques –  amenés par chacun par la prise de connaissance de leurs caractéristiques physiques, leurs usages, leurs limites et les points d’attention.  Des tests d’impact sur tronc ont été menés pour vérifier différentes prises de couteau. Chacun a ainsi pu éprouver ses connaissances de tenue de couteau et celle préconisée par le TOLPAR.
Une connaissance de l’arme utilisée, ici le couteau, étant un prérequis avant tout travail pour assurer sa propre sécurité et celle de ses partenaires.

Matériel du jour

La journée s’est poursuivie sur la base d’exercice seul ou avec partenaire,  pour revoir et éprouver  les principes de sécurité et de stratégie d’une pratique d’escrime au couteau : structuration et mobilité du corps, distances de travail, ciblage, utilisation de différents coups et leurs directions, stratégie d’attaque et de feintes. Finalisée par des combats libres en rotation de partenaire. Le dernier atelier de la journée fut un focus sur le travail de bâton Défense contre couteau.

La session de nuit s’est articulée sur un travail armé et à mains nues, en perception sous une lumière naturelle. La perte d’un sens, le visuel en l’occurrence,  est compensée par un travail en fluidité et en souplesse. Dans ce sens, après la prise contact, garder le contact (mains collantes), rester fluide dans ses déplacements et respirer évitent la crispation et la montée en stress.

Elle s’est achevée par un retour au calme par le qi gong Ba Duan Jin (8 pièces de brocart), suivi de  l’observation du ciel étoilé, le tout sous le regard de Mars.

La deuxième journée débuta par une remise en circulation du ki  et corps: qi gong Shibashi (18 mouvements), méditations intercalées par une marche SYSTEMA.
L’atelier de la matinée porta sur l’utilisation des feintes, la transition vers le désarmement avec l’utilisation du couteau comme support de déséquilibre.

Le stage s’acheva par un atelier SYSTEMA  sur l’utilisation du corps pour la prise de contact et le contrôle d’uke, les déplacements qui suivent l’amenant naturellement au déséquilibre. Le travail commença à mains nues, puis avec le couteau comme support de travail.

Les deux jours de stage nous ont permis remettre en contexte et éprouver la pratique du couteau dans un milieu extérieur. La réalité du terrain mettant à l’épreuve le physique et le mental: déplacements plus heurtés (relief du terrain), gestion des ressources (fatigue, conditions météorologiques).  Le choix des armes utilisées s’est confirmé, alors qu’elles n’ont pas été épargnées par les conditions hivernales.
A noter que les méthodes utilisées sont les bases pour une connaissance du corps et de l’esprit du couteau. GuShen Budo® les encadre et oriente le travail vers une démarche Aïki: des déplacements fluides et précis (Tai Sabaki) qui conditionnent  l’entrée en contact (Irimi), utilisation du souffle (Kokyu) pour amener le déséquilibre, avec ou sans le couteau en support.

Ces moments restent privilégiés. Les anciens guident et accompagnent les nouveaux arrivants, le feu symbolisant la continuité de la transmission. L’expérience ainsi accumulée sera mise à bénéfice et partagée, sans aucun doute,  dans la logique de pratiques intégrées de GuShen Budo®.


Forum des associations 2018-2019

Comme chaque année, nous serons présent au forum des associations de Noisy-le-Grand.

Rendez-vous stand 128, du côté des sports, pour échanger avec nous.

Une démonstration aura lieu à 11h45 sur le podium / kiosque du Jardin des Artistes.

Démonstration : Forum des associations 2016
Démonstration à la villa Cathala en 2014


Stage Outdoor – 14 et 15 juillet

En ce jour de fête national, nous nous sommes réunis pour pratiquer de manière intensive l’Aïkido et le Systema sur deux jours.

 

 

 

La forêt nous accueille
le soleil est au rendez-vous

Voici quelques images.

Pour se réchauffer le soir et la nuit
Et pour cuisiner rien de tel qu’un bon feu 🙂

 

Travail du bokken et travail de perception

 

Travail des frappes, se déplacer et pousser avec les poings

 

Bien s’équiper pour la forêt, c’est essentiel

 

Percevoir son environnement et agir. Jiyu Waza

 

Bien se reposer c’est important






A bientôt pour un nouveau stage


Stage: Mouvement au sol – Résumé du 30/06/2018

 

Le petit groupe pour ce stage de fin d’année sous la chaleur

 

Voici un résumé vidéo du dernier stage GuShen Budo ® Core.

Pour ce stage, un travail à partir du sol a été proposé avec les positions assises, à genoux et couchées, ainsi que les transitions associées.

 

Systema

Se déplacer au sol avec une contrainte

Hapkido

Frapper en arrière à partir d’une position assise

Aïkido

Travail souple en suwari waza, tai sabaki et ikkyo

A bientôt pour un futur stage


Stage sur le déséquilibre – Résumé du 03/03/2018 – GuShen Budo

GuShen Budo ® représente une plateforme de pratiques martiales intégrées.

GuShen Budo ® Core regroupe en particulier des disciplines fondamentales souples liées entre elles par une méthodologie évolutive.
Un stage animé par Cang et Martin s’est tenu le 03/03/2018 au Gymnase des Yvris (Noisy le Grand) de 14h00 à 18h00.
La thématique proposée dans cette session s’oriente sur le déséquilibre.
 
Le stage a débuté sur un Taiso (gymnastique préparatoire) relativement physique, suivi par des automassages, des séquences d’étirements et des réceptions au sol (ukemi). Il est important de rappeler que GuShen Budo ® donne une importance égale aux aspects externes et internes (ki).
Les exercices de « tai no henko » (exercice de mobilité du corps sur saisie) et « morote kokyu ho » (développement de la densité corporelle par saisie à 2 mains) sont ensuite proposées pour introduire le déséquilibre.

 


En effet, l’objectif premier reste le déplacement afin de ne pas se retrouver sur la ligne d’attaque du partenaire. Puis les aspects biomécaniques interviennent dans la mesure où la structure doit s’adapter aux contraintes dynamiques du partenaire. Enfin, le Ki (souffle-énergie) fournit l’essence du mouvement subtil et de la perception, caractéristique des arts « Aiki ».

Le déséquilibre repose alors sur bonne circulation de l’énergie :
– Ouvrir les articulations c’est à dire les placer dans une configuration fonctionnelle;
– Réduire les tensions musculaires;
– Ouvrir les mains pour expanser le Ki;
– Respirer pour entretenir le Ki.

 

 
Les principes sont explorés par des exercices de difficultés croissantes.
 
Construction d’un déséquilibre sans réaction du partenaire
Le partenaire attaque et est projeté. Dans ce contexte, la sortie de ligne (directe ou par rotation des hanches)  synchronisée avec une poussé des mains représente le motif de base. Il est donc essentiel de travailler l’ancrage au sol pour fixer puissamment le partenaire.

 

Construction d’un déséquilibre avec réaction du partenaire
Le partenaire réagit et ajuste sa structure pour ne pas être projeté et/ou contrôlé. Cette situation de travail est fondamentale pour développer des stratégies d’adaptation.

Dans cette session 2 orientations sont proposées :

  • Se déplacer pour entretenir le déséquilibre; cette démarche permet de créer une nouvelle opportunité pour canaliser le partenaire.
  • Se déplacer et sacrifier son propre équilibre (sutemi) ; il s’agit de réfléchir sur la pertinence de ce procédé dans un processus Aiki.

 

 

Ces propositions trouvent naturellement leurs échos dans la pratique de GuShen Budo ® Aiki Kenpo (combat).

Au cours de ce stage, plusieurs exercices de Systema ont été proposés.

 

Ressentir son équilibre
Le premier exercice a consisté à être guidé par son partenaire en ayant les yeux fermés. Cette démarche permet de gagner en sensibilité, et être conscient de son propre équilibre. En effet, l’adaptation aux directions changeantes permet d’affiner sa perception et notamment la proprioception et de développer un déplacement plus assuré et souple.

 

 

Coordonner la souplesse à la densité de son corps
Le partenaire pose sa main sur soi et pousse lentement. Il convient de conserver la position de ses pieds et absorber la poussée. La difficulté de l’exercice repose sur  la gestion de son équilibre. Pour ce faire, il existe deux possibilités :
– L’absorption, qui va permettre de laisser passer la poussée en faisant une rotation du corps
– La résistance, qui va consister à trouver un appui solide et un angle adéquate pour résister à la poussée (sans bouger les pieds).
Le deuxième moyen permet de développer un travail du centre alors que le premier se concentre sur la non-opposition.
 
Amener et gérer le déséquilibre
Les mouvements comme la marche, reposent sur un jeu complexe de déséquilibres et d’ajustements que le corps gère plus ou moins inconsciemment. Les exercices suivants permettent d’apprendre à exploiter ces déséquilibres pour créer des opportunités de contrôles.
a) Guider à une main le partenaire et utiliser son déséquilibre en l’amplifiant si nécessaire.
b) Guider à 2 mains le partenaire et utiliser son déséquilibre; appliquer un couple de force si nécessaire.
c) 2 partenaires doivent déséquilibrer un troisième.
Le partenaire qui fait l’objet des différentes sollicitations de la part du ou des partenaires, doit rechercher à conserver son équilibre en ajustant tout ou partie de son corps et en suivant les points exposés dans les premiers exercices (équilibre, coordination).

 

Prochaines thématiques des stages : l’adaptation aux distances et mobilité au sol

 

 


Retour sur l’Outdoor Dojo du 11 et 12 novembre 2017

 

Notre GuShen Budo ® Outdoor Dojo du 11 et 12/11/2017 s’est déroulé sous un climat froid, humide avec un ressenti autour de 5°C. La pluie ne s’arrêtant brièvement que le temps d’un « entre nuage », le sol est devenu rapidement boueux. Les rafales de vent nous parviennent dans la nuit de samedi à dimanche bousculant nos abris.

 

C’est dans ces conditions que nous avons effectué nos exercices faits de réajustements permanents. Il nous parait utile de rappeler que la qualité des déplacements et des appuis sont des aspects primordiaux. De plus, la chute reprend son sens premier, c’est à dire un mouvement incontrôlé. Aussi, les déplacements larges et légers, les pas glissés se heurtent-ils immédiatement au sol glissant et collant, tandis que les coups de pied apparaissent des plus hasardeux. L’utilisation des membres supérieurs adossée à une structure à la fois stable et souple se trouve donc privilégiée.

 

 

 

Pour ce faire, l’exercice de base reste le kiba dachi avec le bokken pour la posture, relaxation et respiration.
Ce travail trouve alors son prolongement dans les exercices plus dynamiques avec armes : couteau (jour 1 et 2), bâton court (jour 2); mais aussi dans l’étude des frappes en Systema (jour 2). L’approche interne est complété par le qi gong qui s’avère particulièrement intéressant pour la circulation du ki, et en particulier ki défensif (wei qi en chinois mandarin) compte tenu des conditions climatiques.

 

Le travail de nuit a commencé par l’utilisation de la torche électrique suivant 4 axes (éblouir/déstabiliser, identifier, se déplacer, analyse/scanning). Il se poursuit avec les exercices avec un partenaire afin de développer la perception comme l’exercice de contact où les 2 pratiquants sont munis d’un couteau. Enfin, La marche Systema (respiration) termine la journée.

 

Le second jour, nous avons effectué un focus sur le Bâton Défense : bâton / mains nues et bâton / couteau. Il s’est accompagné d’exercices dans la ligne de notre GuShen Budo ® Aiki Kenpo. La session s’est conclue par une discussion ouverte. Chaque participant a fait preuve d’une bonne adaptation et d’un esprit positif.