Session Outdoor Dojo Juillet 2020

Jour 1
Qi Gong : Position de l’arbre et 8 pièces de Brocard

Une première matinée ensoleillée où nous avons pratiqué le Qi Gong, parfait pour se mettre en condition et prendre racine en lisière de forêt.

Après c’est la mise en place du feu, avec l’habitude et ce temps magnifique ça s’enflamme très vite.

Mais pas d’inquiétudes, la zone est dégagée, un trou est creusé profondément et les pierres entourent ce nouveau foyer qui nous illuminera cette nuit.

Après une bonne collation et un peu de repos, Roland reprend du service pour nous proposer un Aïki Taïso des plus appropriés entre vent et soleil.

Faite place aux Ukemi

l’art de se recevoir au sol

Dojo de la forêt, Shinrin Dojo
l’Esprit de la vallée

Pas de beaux et moelleux tatami aujourd’hui mais la terre avec une fine couche d’herbes.

Avec douceur ou force, nous avançons et nous roulons pour arriver à destination. Nous progressons au sol avec la conviction qu’à la fin nous allons nous en sortir grandis. En effet le corps se détend peu à peu pour laisser place aux aléas de la nature.

Place aux armes, les Hanbo brillent de leur bois Cuchi, les mouvements s’accélèrent puis ralentissent. Sur les souches et le bois morts, les armes claquent. L’arme tenue avec fermeté fait résonner un coin de la forêt qui habituellement reste plus silencieux, où seul le vent est susceptible de nous parler.

Le calme revient; nous marchons à pas de loup, les yeux fermés, nous prêtons attention à ce qui nous entoure, sensibles au moindres bruissements de feuilles et aspérités du sol.

La nuit approche l’heure est au campement.

Dojo de la forêt
l’esprit de la vallée

Les cordes se tendent, les tarps s’étirent, les piquets s’enfoncent dans le sol, parfois tendre, parfois dur. Le hamac suspendu entre deux arbres nous offre un habitacle des plus confortables.

C’est déjà l’heure du repas. Simple car l’heure n’est pas encore au repos.

Les couteaux sont de sortie prêt à trancher, prêt à piquer. Non, heureusement ceux-ci ne sont pas aiguisés mais ils ne pardonnent pas les erreurs dans le noir; ils disparaissent et brillent par instant sous les étoiles, laissant transparaître leur manteau pâle et froid.

Dans son sens martial, la lame trace la frontière entre la vie et la mort.

Avec les mains collantes nous prenons contact. Avec les yeux fermés, la sensation d’attaques émerge du noir, mais les mouvements et notre centre nous protègent. A plus grande distance il est plus difficile de connaître la position de l’autre.

Il faut alors de la confiance; ne pas reculer, rester proche du danger et rester calme.

Afin d’étendre notre attention nous prenons nos distances, pendant que l’un tente d’approcher, l’autre à les yeux fermés. Ce dernier tente de percevoir dans cet environnement silencieux, les mouvements du partenaire et son arme qui approchent. Mais c’est parfois le bruit du vent ou des animaux, celui encore des feuilles ou des branches qui attire son attention.

Dans ce calme apparent, c’est l’attention sur notre corps qui importe. Les sensations certes sont là, mais la perception est complexe sans cesse perturbée par les pensées et le silence. Garder son calme est déjà un travail en soi, la fatigue gagne du terrain sans prévenir.

Il est temps de méditer, 20 minutes, elles passent comme des secondes. Le bruit du chronomètre, détail saugrenu, nous alerte, il est alors temps de monter dans nos hamacs pour un repos essentiel.

zzZZZzzZZZzz

Jour 2
On se lève rarement tard dans la nature, l’air reste frais mais se réchauffe rapidement.

Un bon petit déjeuner nous attend au coin du feu, enfin presque.

Aujourd’hui les armes vont s’entrechoquer, Bokken, Hanbo.

C’est l’heure des Kumijo et des Kumitachi, les mouvements codifiés s’enchaînent et les armes retrouvent leurs positions entre nos mains.

Ça tranche, ça pique, ça pare.

Ensuite viennent les techniques de sacrifice; non ce n’est pas un sacrifice humain mais une technique de non-opposition utilisant le sacrifice sa verticalité.

Après quelques derniers lancers de pelle sur une souche, il est bientôt l’heure de prendre le chemin du retour.

Le travail a été intense; le corps et l’esprit imprégné des odeurs et des énergies de la forêt, se prépare à rejoindre la ville mais toujours connectés pour un temps, à la mère-nature.

Au revoir et à bientôt pour un prochain stage Outdoor !


Nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2020 !

L’association a terminé l’année avec une session d’éveil à la vigilance, de quoi démarrer l’année sereinement.

« Tout d’abord merci à tous pour votre implication et votre dynamisme durant cette séance.Afin de prolonger la réflexion je vous propose un ouvrage qui m’a aussi servi à construire ce cours: […]  Guide du kid – Robert Paturel, Pascal Bitot-Panelli »
Alain


Retrouvez votre session de formation Aïki Shiatsu Ho un dimanche par mois en 2020. Pour plus d’informations : contact@gushen.fr

Vous pouvez aussi nous rejoindre pour les stages de Systema le dimanche. Pour toutes informations contactez : martin@gushen.fr


Sinon vos cours habituels vous attendent http://gushen.fr/cours.


A très bientôt,


Très bonne année 2019 !

Retour sur les événements de l’année en photos de groupe :

Juste avant d’entrée en 2018: Stage GuShen Budo ® Core

Petit groupe du début d’année chez les enfants

Stage d’été dans le Médoc dans le dojo maison d’un ancien de GuShen

Super groupe de Shiatsu pour cette année : GuShen Budo ® Aïki Shiatsu Ho

Séminaire et passage de grade Hapkido en décembre 2018.
Félicitation à Benoit pour l’obtention de son 1er DAN.

Stage GuShen Budo ® Core

Premier Outdoor dojo de l’année (scolaire) sur la thématique du couteau, novembre 2018

Photo officielle des instructeurs GuShen Budo ®
Le président de l’association a réussi à nous faire bien rire 😀
Les autres sont beaucoup plus sérieuses !

Une belle photo pour clôturer cette année 2019 !

Rendez-vous en 2019 pour de nouveaux événements !