Venez pratiquez les arts martiaux à Noisy-le-Grand

Bien-être, Self défense, Santé, Éveil, Vigilance, Massage, Combat, Méditation, Résilience





Émotions, armes improvisées, stratégie, survivre au menu de l’EAV de Février

Le 26 février 2022 s’est tenue la seconde édition EAV de la saison, à destination des adultes et les adolescents. Si le sujet est axé sur la protection personnelle (goshinho), nous ne partons pas de rien. Il s’agit plutôt de mettre en perspective les notions et principes étudiés lors des cours traditionnels de budo (taijutsu et buki waza).

Les thèmes proposés concernent :

  • Le masquage ses émotions
  • Les armes improvisées
  • Le repli stratégique
  • Les impacts post agression
  • Le combat de survie

Nous avons ainsi prévu des situations concrètes afin d’appliquer ce qui a été appris dans l’art classique d’Aiki/Hapki de notre dojo. 

La position de l’esprit

Que ce soit avant ou après une confrontation, ou dans notre vie quotidienne, l’esprit doit être pratiquement le même, calme mais sans relâchement, analytique mais sans surcharge d’informations. 

Masquer ses émotions consiste alors à voir sans regarder, analyser de manière subtile sans attachement aux choses et ce, sans se faire repérer. Notre esprit reste ferme et vertical (shisei). Autrement dit, notre corps ne doit pas être agité, notre regard ne doit pas trahir nos émotions, notre voix ne doit pas être trop aiguë ni trop basse.

Tous ces détails donnent des informations à l’adversaire. Ces dispositions ont pour objectif de nous permettre d’échapper à son ascendant, le laissant face à un mur difficile à franchir. 

Dans le Zen, on appelle cela l’esprit inamovible « fudoshin » ou encore « mushin ».

La position du corps

Les tics nerveux, frottements de la nuque ou des oreilles, se gratter le crâne ainsi que baisser le regard ou au contraire, s’attacher aux yeux sont à proscrire. Nous devons conserver une vision d’ensemble, éviter l’effet tunnel ; voir sans regarder, répétons-le. 

Les sourcils légèrement froncés, le port de tête droit sans rigidité et/ou exagération, et un solide ancrage au sol (qualité des appuis) sont des points à travailler.

Adopter ensuite une respiration ventrale pour réduire les tensions, c’est à dire sans forcer sur l’amplitude des inspirations et expirations. 

Les épaules sont relâchées mais disponibles ; les mains en garde cachée et non agressives.

Savoir détecter les avantages et les inconvénients en toute chose.

La thématique des armes improvisées (par destination) nous a donné l’occasion de mettre en pratique ce principe de balance. 

En effet, les objets du quotidien peuvent tout à fait être détourner de leur utilisation première afin de nous défendre. Pour ce faire, nous nous sommes attachés à trois objets : la ceinture de pantalon, un livre et un tesson de bouteille.

Tout d’abord il convient de considérer que tout objet (inanimé) quel qu’il soit, reste un objet. Autrement dit, un couteau ou un paquet de lingette pour bébé par exemple, n’est ni bon ni mauvais en soi. 

Aussi s’il est utilisé comme arme par destination, il ne sera ni dangereux, ni inoffensif mais bien le prolongement de notre bras et donc de notre esprit. Il faudra de fait, lors de l’utilisation d’une arme improvisée, mettre toute notre détermination, sans s’agiter pour l’utiliser à bon escient.

Après cette mise au point nécessaire, nous avons donc mis en pratique et déterminer les avantages et inconvénients de chaque chose. 

Quelques corrections sont données en fonction du physique et des acquis de chacun et nous reprenons la pratique avec des participants motivés et très studieux, tout en étant attentifs à ne pas blesser les partenaires.

Maîtriser l’espace et le temps.

Ces deux notions demeurent primordiales dans l’art du combat, mais elle demeurent relatives. Dans le budo, l’espace temps est regroupé dans le concept de « maai » simplement traduit par intervalle.

En effet l’espace physique est apprécié selon chacun, et 1 mm peut être négligeable dans certains cas alors que dans d’autres, il déterminera la frontière entre la vie et la mort.

Le temps quant à lui est une notion abstraite. L’instant présent (ou le « moment présent ») est un concept ancien en rapport avec la philosophie de l’espace et du temps (wiki). 

Il s’agit donc pour nos participants de se situer dans un système, un faisant partie d’un tout et tout étant un. 

Toute chose possède un rythme défini dans l’espace temps. Il convient donc lors d’une confrontation de comprendre ce rythme afin de mieux imposer le sien. Se mettre en harmonie (awase) avec son environnement, son adversaire et le système dans lequel nous évoluons est primordial si on souhaite pacifier une situation. 

Car dans la protection personnelle il s’agit bien de pacifier et non de vaincre, casser le rythme de l’adversaire et le déséquilibrer afin de lui imposer le nôtre. 

Là encore les exercices autour des armes improvisées ont permis aux participants de toucher du doigt ces notions afin d’amener une réflexion plus large sur leur quotidien et le sens de leur pratique budo. 

La gestion de la distance ainsi que du temps, agir pendant mais ni après ni avant (moment présent, « ici et maintenant »), ont pu être mis en exergue. 

S’ajoute à cet ensemble, le repli stratégique qui demande une analyse rapide de son environnement (zanshin, analyse-scanning) et l’utilisation de l’espace à son avantage. C’est encore une fois s’inscrire dans un tout et l’utiliser à bon escient. 

Nos participants, et notamment les plus jeunes, se sont révélés curieux et volontaires donnant leur avis et cherchant les parallèles à leur pratique Aïki.

Savoir où l’on va pour mieux savoir ce que l’on fait.

Prenons n’importe qui et disons lui de courir sans autres informations, et nous verrions vite le découragement voire la circonspection pointé dans son regard. Donnons lui une valeur de temps et/ou de distance et nous le verrions rapidement faire ses calculs mentaux afin de mesurer tout ce que cela implique. 

Dans notre Dojo, nous prenons le temps pour expliquer à nos pratiquants, la valeur d’un exercice. Est-il pédagogique ou a-t’il des finalités pratiques ? Pourquoi une attaque est-elle faite en saisissant la main? 

Dès les plus jeunes âges, ils sont habitués à savoir où ils vont et développer leur curiosité. Le «fais et tu comprendras plus tard» n’est pas la voie privilégiée  au sein de notre dojo.

En protection personnelle, les conséquences de nos actes se feront rapidement ressentir que ce soit en termes physiologiques, psychologiques ou judiciaires. C’est pourquoi nous nous sommes attardés de voir ensemble les notions de victime primaire et secondaire issues de notre étude de la science de la Victimologie. 

Nous avons en premier lieu abordé les manifestations physiques de la post-agression telles que les éruptions cutanées ou la  perte d’appétit. 

Bien évidemment nous n’avons pas évité les conséquences psychologiques comme par exemple, la peur, la paranoïa, la colère et la recherche de vengeance.

Enfin nous nous sommes penchés sur l’aspect judiciaire au travers de l’article 122-5 du code pénal définissant la légitime défense. 

Nous avons été agréablement surpris de l’intérêt que les participants ont porté à cette thématique. En effet, les plus jeunes notamment se sont révélés très attentifs et beaucoup de questions ont permis de rebondir sur un certain nombre de questions philosophiques et concrètes.

Savoir s’adapter à la situation.

Dans notre quotidien, nous sommes en permanence dans l’obligation de nous adapter à la situation. Autrement dit, dans une situation donnée, un aspect manquant ou supplémentaire peut en effet entraver de manières diverses nos plans initiaux. 

Suivant la disposition d’esprit, certaines personnes peuvent mal vivre les contraintes, se mettant dans des états de stress, de colère, d’agacement ou d’énervement même si de l’extérieur, ces contraintes apparaissent anodines et surmontables.

Dans un combat de survie, la résilience est tout autre car elle implique des notions de vie ou de mort.

En effet, nous serons alors dans l’obligation de faire abstraction des valeurs morales ou des conventions sociales. 

«Redevenir un animal sauvage» implique une volonté forte, farouche et une adaptabilité sans faille, car il faudra être sauvage quand il le faut, mais redevenir sociable lorsqu’il le faudra, afin de répondre au notion de légitime défense. 

La Motricité adoptée devra être lourde car le stress et l’adrénaline ne permettent pas de gestes fins, demandant aussi l’explosivité dans un laps de temps souvent très court.

Là encore les participants se sont montrés attentifs et impliqués comme en témoigne le  tour de table où chacun a pu s’exprimer, donnant sa vision des choses, en le corrélant avec sa propre représentation morale et civique.

Le retour su soi

Les arts martiaux japonais (budo) possède une profonde dimension interne qu’il ne faut surtout pas mettre en opposition à la dimension dite externe. Comme le yin et le yang, elle sont complémentaires, apportant l’équilibre à l’ensemble. 

C’est pourquoi l’association Gushen tient à ce que les participants puissent avant de quitter la session, «apaiser le cœur et l’esprit » afin de rentrer chez eux débarrassés de toute perturbation qui pourraient nuire à leur équilibre.

Prendre le temps de se calmer, de revenir à soi représente la base de cette équilibre. 

Des gestes et postures issus de l’art du shiatsu, accessibles à tous, sont proposés au binômes formés. En effet, l’intention forme la base de tout, l’envie de calmer et de faire du bien.

Nous avons très peu abordé les gestes techniques et opérationnels d’amener au sol, de frappes ou encore de rétention. Dans notre logique, les aspects purement techniques ne sont pas une fin en soi mais seulement l’aboutissement d’une pensée, d’une volonté et d’un état d’esprit ; le geste s’inscrit comme le prolongement de l’être. 

Certes le chemin se montrent plutôt ardu, mais cela permet à chacun de s’approprier l’idée que l’esprit dirige et que le corps suit, alimentant par palier une voie de vie.

La voie classique du budo n’est pas incompatible avec une approche plus moderne de la protection personnelle. Il s’agit simplement de savoir ce que l’on veut transmettre et la pédagogie mise en œuvre reste le prolongement de notre intention,

Merci à tous les participants qui, encore une fois, se sont montrés courageux et volontaires.


Eveil à la Vigilance, session Jeunes / Mineurs, le 19 février 2022

Cette seconde édition de l’année pour nos « Budokids » fut l’occasion de mettre en pratique les qualités martiales développées au cours de la saison. 

Les thématiques proposées pour cette séance étaient :

  • Le port et la gestion de son cartable
  • Le déplacement silencieux
  • Les frappes de poing pour fuir face à un adulte inquiétant.

Le port et la gestion du cartable.

Je suis sûr qu’au premier abord, beaucoup de parents se demandent le lien existant entre un cartable et les arts martiaux ou la protection personnelle. 

Il existe 3 arguments à cela. D’une part, étudier un art martial, prendre des coups, travailler intensément ses postures et souffrir physiquement n’ont aucun sens si le travail effectué sans relâche n’a pas d’applications dans la vie courante. 

La proposition de l’association Gushen repose donc sur des notions et principes valables dans la vie de tous les jours ; le savoir du Dojo ne s’arrête pas à ses portes. 

D’autre part, un bon artiste martial devrait savoir choisir le matériel adapté suivant ses besoins et surtout savoir l’utiliser. 

Enfin il est très important à leur âge d’apprendre aussi à préserver leur capital santé. 

Comme nous le savons tous, le port de charges lourdes a des implications majeures sur la santé dans le présent mais aussi à moyen long terme. C’est aussi une préoccupation de premier plan au sein de notre école d’arts martiaux.

Pour ce faire, nous nous sommes d’abord penchés sur la charge utile et tolérable du cartable (10% du poids du porteur) afin de rebondir sur les points essentiels du cartable. Ce dernier possède une taille adaptée au physique ainsi que des bretelles larges ;  aspects prioritaires sur le style ou les personnages imprimés. Ensuite nous avons vu la répartition de la charge dans le sac impliquant un port particulier sur le dos. En effet, il ne doit pas descendre plus bas que la taille et pas trop serré aux bras. Enfin, la levée à partir du sol grâce à la flexion des genoux a clôturé cette thématique.

Comment porter son cartable ?

Le déplacement silencieux.

Être furtif et silencieux sont aussi des qualités martiales importantes. Le déplacement silencieux, outre ses vertus, offre aussi un bon outil pour maîtriser son corps, renforcer son ventre (Hara en japonais) et adapter sa coordination haut/bas.

Il faut d’abord adapter sa marche. En effet, la marche courante mobilise la jambe et le bras inverse. A l’inverse, le Namba Aruki mobilisera chaque côté du corps en même temps, jambe droite et bras droit, jambe gauche et bras gauche. 

Après cette adaptation nous avons abordé la pose du pied. Là encore si la plupart d’entre nous attaque le sol avec le talon, il faudra pour être silencieux aborder le sol avec les orteils puis le côté extérieur du pied pour finir avec le talon. Naturellement, afin de garantir sa stabilité, la flexion des genoux reste indispensable. Et pour tester cette approche, nous avons marché sur du papier bulle, le but étant d’éviter le “pop” des bulles qui éclatent ; exercice que les enfants ont abordé avec enthousiasme et persévérance. 

Nous avons conclu cette thématique par un “1,2,3 soleil” martial. Plusieurs critères étaient pris en compte. Le silence du déplacement bien sûr, mais aussi la stabilité lors des phases d’arrêt ainsi que la gestion de la respiration, le tout pour arriver le plus vite possible. Les enfants se sont montrés là encore bluffant par leur sérieux malgré l’aspect ludique, et tous ont cherché à relever le défi.

Les frappes de poing pour fuir face à un adulte inquiétant

Les arts de préhension ne doivent pas négliger les frappes qu’elles soient de pied ou de poing. Dans la protection personnelle, nous avons privilégié les frappes de poing car elles ne nécessitent pas de perte d’équilibre. D’autre part, dans un combat, la frappe introduit souvent une action de projection ou de clé articulaire. Aussi faut-il d’abord revoir les qualités d’une bonne frappe. 

Fluidité, invisibilité et puissance sont attendus. Nous avons insisté sur le fait que la vitesse et la puissance naissent avec la qualité technique. Aussi, il est nécessaire d’aborder le travail dans l’ordre en cherchant en premier lieu la qualité technique. 

Nous nous sommes penchés sur 3 frappes essentielles que sont, le direct (tsuki), le marteau de revers (yoko uchi) et le marteau de face (uchi oroshi). 

Le travail sur matériel de frappes avec les raquettes, pattes d’ours et petits boucliers (pao) a été appréhendé par les enfants avec sérieux et rigueur. 

Il est temps ensuite d’aborder la frappe sur un adulte. Il s’agit dans un premier temps de rappeler les distances de sécurité ainsi que les gardes discrètes. Puis nous passons aux zones de frappes. La différence de taille et de poids nous incite donc à privilégier les frappes sous la ceinture, d’autant plus que cette zone s’avère douloureuse aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Là encore la mise en pratique consiste en l’utilisation d’un matériel de frappes placé sur la zone corporelle identifiée.

Les jeunes enfants ont une créativité, une fantaisie qu’il convient de cultiver sauf dans le domaine de la protection personnelle. En effet réalisme et lucidité sont dans ce domaine à privilégier. Aussi, afin qu’ils se rendent comptent de la force et de la vitesse d’un adulte par rapport à leur propre capacité, nous avons établi un exercice où un adulte vient bloquer un enfant, 2 autres enfants devant venir à la rescousse de la victime. Ils ont alors pu se rendre compte de l’intelligence de l’adulte, celui-ci utilisant par exemple l’enfant comme bouclier, mais aussi de l’énergie et de la force nécessaires pour prendre le dessus sur l’agresseur Enfin il a été mis en avant le recours au cris, d’abord pour alerter, mais aussi pour se libérer du stress et décrisper le corps.

Fatigués mais toujours souriants, il est temps pour nos participants de revenir au calme. 

Par deux, l’un allongé, l’autre assis à ses côtés vient poser ses mains d’abord sur le ventre puis par la suite sur la tête, chacun se concentrant sur sa respiration pour se calmer l’esprit et le cœur.

Nos Budokids se sont montrés tout au long de ce stage, sérieux, enthousiastes et travailleurs. Un grand merci à eux.


Passage de grades des jeunes

GuShen a organisé un passage de grades le 11 décembre 2021 avec les enfants et adolescents.
Il s’agissait d’un moment très attendu du fait qu’il représentait le tout premier passage depuis le premier confinement covid-19 de 2020.
Les plus anciens pratiquants ont fait preuve d’une forte ténacité. Leur constance et leur sérieux transparaissent clairement dans la qualité de leurs prestations.
Le mérite revient aussi aux moins expérimentés qui débutent cette saison dans des conditions toujours incertaines.Ils ont en effet, démontré qu’ils pouvaient suivre un enseignement rigoureux, peu ludique certes, mais porteur de valeurs essentielles.
C’est pourquoi le président a autorisé le surclassement de certains pratiquants, leur permettant d’avancer leur examen (prévu normalement en mai-juin de cette année).
Bien entendu, rien n’est parfait et il reste toujours des points à travailler mais ceux-ci prennent une dimension différente sur le grade supérieur.

Sens des grades 

Même si les grades ne sont pas une fin en soi, il convient d’admettre qu’il s’agit là d’un aspect important, d’autant plus que ce dernier fait suite à une longue période de restrictions particulièrement difficile liée à la pandémie de covid-19. 

Le grade permet de matérialiser une progression technique et même un certain savoir être ; certains reconnaîtront le triptyque « shin gi tai », respectivement esprit, corps et technique caractéristique des arts martiaux japonais. 

Il marque également la relation entre l’élève et son professeur dans une reconnaissance mutuelle, sans quoi aucun enseignement ne peut être donné ou reçu. De plus les jeunes peuvent se positionner les uns vis à vis des autres dans une dynamique de groupe, de partages et d’entraides. 

Dans cette perspective, les plus anciens doivent montrer l’exemple et aider les pratiquants les moins expérimentés à progresser. 

Certes, cette disposition se développe avec le temps mais elle s’inscrit déjà dès le premier échelon. 

Autrement dit, la perspective des grades ne doit pas glisser vers un moyen de pression et/ou de pouvoir ou une forme déguisée de compétition. 

C’est donc à chacun de veiller à ce que le grade reste un indicateur parmi tant d’autres et qu’il ne peut à lui seul récapituler tous les aspects de la personne. 

Transmission

Référentiel des techniques 

L’évaluation des différents grades chez les jeunes repose sur un référentiel de 25 techniques de base soigneusement sélectionnées permettant d’explorer les techniques fondamentales et les situations de travail les plus courantes. 

Il convient d’y voir une amorce solide vers une progression ultérieure plus exigeante parmi les adultes. 

A ce corpus de base, s’ajoutent la préparation physique et les actes constructifs dans lesquels nous retrouvons les entrées, déplacements, réceptions (et non chutes) et exercices de coordination. Ces exercices sont regroupés sous le nom générique de « Taiso ». 

Tous ces aspects s’intègrent naturellement lors des passages de grades. Ce qui nécessite bien entendu une étude régulière s’inscrivant dans la durée. 

Il convient enfin de préciser que ce référentiel initial est amené à se renforcer par des pratiques complémentaires comme l’Eveil à la Vigilance ou encore la pratique en extérieur. Cette logique d’intégration continue représente une caractéristique majeure de GuShen Budo sur laquelle les plus jeunes peuvent aussi s’appuyer pour progresser et élargir leurs horizons. 

Uchi Kaiten Nage

Préparation 

La préparation d’un grade nécessite un partenaire donc il convient de faire preuve de solidarité et suivre ses engagements jusqu’au jour de l’évaluation. 

Chaque binôme prépare sa partie lors des cours réguliers et posent les questions utiles à l’avancement du projet. 

Des rendez-vous sont établis afin que des binômes volontaires puissent démontrer tout ou partie de leur programme. 

On commence avec 2 techniques pour le premier degré pour finir avec

25 techniques cumulées en fin de cursus (ceinture marron, équivalent du premier kyu). A quelques semaines de la date du passage de grades, les enfants s’engagent fermement à l’évaluation en inscrivant leur nom dans la liste des candidats conformément au grade postulé. 

Ikkyo

Passage de grades 

Avant l’ouverture de la session d’examen, les pratiquants doivent impérativement arrivés à l’heure et ils disposent de 15 min pour se mettre en condition et écouter les consignes. Un ou plusieurs jurys sont assis sur les tatami en tenue de pratique. Les examinateurs font face aux candidats qui sont regroupés suivant les niveaux et binômes. Chaque passage d’un grade obéit à un cérémonial assez strict. Naturellement le degré d’exigence reste fonction de la maturité du pratiquant. Par exemple une erreur de distance est reprise doucement pour les plus jeunes et devient un avertissement ferme pour les grades les plus élevés. 

Une fois passé cette étape essentielle, l’examinateur annonce les techniques après avoir désigné un shite (celui qui fait la technique) et un uke (celui qui attaque). A la fin de la série, les rôles sont inversés. 

Toute ouverture doit être suivie d’une fermeture. Dès lors, le même cérémonial est exigé. Enfin, le passage de grades offrent toujours un espace d’échanges où des aspects techniques peuvent être revus mais aussi un moment de discussion entre les parties. 

Remise des ceintures

Symbole du passage 

En Asie orientale, on conçoit encore l’existence humaine au travers des cycles. La symbolique des grades n’échappe pas à cette considération notamment par l’intermédiaire des nombres. Par exemple, le 2 est typiquement le symbole du yin et du yang, le 3 marque l’équilibre et le 5 la solidité alors que le 8 amène l’achèvement (tout relatif). Aussi quelle que soit la complexité théorique des cycles ou plans d’existence, il reste important de marquer (au moins culturellement) le nouveau passage par une cérémonie. Cette cérémonie de remise de grades met en jeu un donneur et un receveur. L’étiquette reste comparable à celle appliquée en temps normal. Mais elle demande un ton plus solennel des parties surtout sur les grades les plus élevés encore une fois, où la maturité s’affirme davantage. Cette étiquette (qui part d’une convention propre à un dojo) comportent des déplacements, un positionnement adéquat dans l’espace et une attention particulière portée aux gestes (regard, position des mains…) notamment à travers le salut. En somme, le récipiendaire doit faire preuve de retenue et de maîtrise. Une cérémonie de remise de ceintures peut être accompagnée d’une prise de photos avec les nouvelles ceintures.

Ceinture Marron (1er et 2ème Kyu)
Ceinture Noire (Ceinture Noire) à barrette rouge (Instructeur)

Une cérémonie de remise de ceintures s’est déroulée le 08/01/2022 marquant un franchissement symbolique vers une nouvelle étape.
Tous les pratiquants présents ont bien participé à la cérémonie et ils s’accordent à dire qu’il manquerait sans doute quelque chose si elle venait à disparaître.
Tous enfin sont prêts à aborder un nouveau cycle de progression avec enthousiasme.
Rendez-vous est donc donné pour la fin de la saison.